Les Mont Saint Jean
Retour


Armes des Mont St Jean
Armes des Mont Saint Jean
( de gueules à trois écussons d'or posés 2 et 1 )






Cette puissante famille, qui a emprunté le nom de l'antique forteresse dont les vestiges dominent encore la vallée du Serein, a connu un grand rayonnement depuis le Xè siècle jusqu'à la fin du XIVè siècle, date de l'extinction de sa dernière branche légitime.

Le nombre de ses fiefs, l'importance des charges ecclésiastiques, militaires ou politiques que ses membres ont occupé dans le comté de Bourgogne font qu'elle nous a laissé une masse respectable de documents.

Il est difficile d'établir une généalogie de cette famille du Xè au début du XIIè siècle. Ce n'est qu'à partir de cette époque que la filiation est sans interruption, établie par des preuves irréfutables.
 

RAINARD ou RAINAUD est le premier seigneur connu, il était également seigneur de Bligny par sa femme. Il est cité dans le cartulaire d'Autun en 1076. 

AGANON, Son frère, fut évêque d'Autun, de 1055 à 1098, date de sa mort. Il eut de nombreux démêlés avec son frère Rainard (il avait usurpé des biens dans l'évêché, et mis de lourds impôts dans le domaine de Bligny) et le duc Hugues de Bourgogne.

 HUGUES I, paraît avoir été le fils de RAINARD, Il est cité dans plusieurs titres depuis 1076, jusque dans les premières années du XIIè siècle. On le retrouve notamment le 21 mars 1099, à la fondation de Citeaux, lors de l'inauguration solennelle de l'oratoire consacré à la Vierge, où il souscrivit à la charte qui confirmait les donations primitives.

GUI, mort en 1122, fils d'HUGUES I, était sire de Mont Saint Jean et de Salmaise. Les sires de Salmaise avoués de l'Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, fatigués d'administrer cette terre pour autrui, usurpèrent la propriété. Pour les faire entrer dans le devoir, les religieux appelèrent à leur aide Gui de Mont Saint Jean et Mile de Frolois. Les deux seigneurs entrèrent en guerre pour la possession de cette terre, Gui de Mont Saint Jean se rendit maître du château en 1117. Le vainqueur garda sa conquête, malgré les protestations des moines de Saint-Bénigne qui furent définitivement dépossédés de ce bénéfice. Cette terre restera dans la famille de Mont Saint Jean jusqu'en 1333. 

 HUGUES II, assura la succession de son père Gui; il était déjà seigneur de Pouillenay et devint seigneur de Mont Saint Jean, Othoisey (La Motte-Ternant), Chatel-Censoir et plus tard de Charny. Il fut marié à Elisabeth de Vergy, fille unique d'Hervé de Vergy, qui lui apporte une partie de Vergy.
En 1153, le pape Anastase demande à plusieurs seigneurs dont Hugues de Mont Saint Jean, de protéger Ponce, l'abbé de Vezelay, contre les prétentions exagérées et les excès des Bourgeois de cette ville.
En 1174, il participe au traité de paix entre Hugues III, Duc de Bourgogne, et Gui comte de Nevers. Ce seigneur très puissant et très écouté est mort en 1196. De ce mariage étaient nés sept enfants dont :

 ETIENNE I, né en 1152, il était marié à Gilles de Noyers.
En 1196, les hauts barons bourguignons se révoltèrent contre l'autorité ducale. Le péril devenait menaçant pour le duc Eudes III, il chercha à s'assurer le concours d'Etienne I, qui était sénéchal de Bourgogne. Etienne I était allié ou parent de ces puissantes familles engagées dans la coalition contre le duc. Eudes III avait à craindre qu'Etienne I suive l'exemple de ces seigneurs, il le sollicita vivement et lui fit toutes les instances possibles pour l'engager à lui rester fidèle. Il lui rappela qu'un de ses principaux devoirs était de conduire et de commander ses armées, d'attaquer et de combattre ses ennemis, et de le défendre contre tous. Placé entre le devoir de rendre foi et hommage au duc et ses intérêts personnels, Etienne I n'hésita pas à se prononcer pour le duc.
Etienne I mourut sans enfant en 1198.

 GUILLAUME I, son frère, lui succéda, il était sire d'Ancy-le-Franc par son mariage avec Bure, fille de Jobert d'Ancy-le-Franc, puis sire de Mont Saint Jean, Salmaise et une partie de Vergy.
Le 28 août 1222, il affranchit les habitants de Mont Saint Jean conformément à la charte de Vézelay. Il mourut le 31 mars 1223 et fut enterré à Citeaux.
 Sceau de Guillaume I  Sceau de Guillaume I
En cire verte, l'équestre à gauche; le heaume réduit à une coiffure cylindrique à fond plat qui ne descend pas sur la nuque; celle-ci n'étant protégée que par la coiffe de maille. Le cheval n'a pas de housse. L'écu vu de face chargé de trois écussons.

 Sceau de Guillaume II
Cire verte, équestre à droite; heaume cylindrique à timbre plat, l'écu de profil et la housse aux armes : trois écussons.1239

 Sceau de Guillaume II
 GUILLAUME II, reprend la succession. La convention faite entre Etienne I et le duc fut confirmée par Guillaume II.
En 1231, Guillaume II déclare au duc, que ses châteaux et villes de Mont Saint Jean, Salmaise et Thoisy (La Motte-Ternant) lui sont "jurables" et "rendables" à grande et petite force.
En 1239, la convention précitée amena entre les parties contractantes un désaccord suivi d'un projet de mariage ou il y est dit que "pour apaiser certaine discorde qui était entre Guillaume et le duc Hugues, celui-ci donnerait en mariage sa fille Marguerite à Guillaume, premier fils du sire de Mont saint Jean". En contre partie, Guillaume II cèderait au duc tout ce qu'il possède à Vergy et le duc donnerait à sa fille en faveur du mariage, cinq-cents livres de terre et que le château de Mont saint Jean ne serait plus "jurable" et "rendable" au duc, mais resterait fief-lige.
Son mariage avec Marie des Barres lui apporte la seigneurie de la Ferté Alais en Beauce. Guillaume II mourut pendant la 7ème croisade en 1248 à la bataille de Mansourah. De son mariage étaient nés trois fils, Guillaume, Etienne et Pierre.


GUILLAUME III, épousa Marguerite de Bourgogne et mourut vers 1256 sans enfant.  

PIERRE était sire de Salmaise et Joursenvaux et mourut vers 1257.

ETIENNE II, leur succéda. En 1263, il vend la terre de la Ferté Alais au roi Saint-Louis moyennant trois cents livres de rente.
Le 5 mai 1265, il affranchit les habitants de Salmaise, cette charte, ratifiée par le duc Eudes IV en 1318, était si libérale pour l'époque qu'elle servit plusieurs fois de modèle. Etienne II mourut vers 1300.
 
 Sceau d'Etienne II  Sceau d'Etienne II
Cire verte, équestre à droite, heaume carré, l'écu vu de face et la housse aux armes : trois écussons. 1289

 Sceau d'Etienne III
Cire rouge, équestre à droite, heaume ovoïde cimé d'une aigrette. L'écu vu de face et la housse aux armes : trois écussons. La tête du cheval porte aussi une aigrette.1314
 Sceau d'Etienne III ETIENNE III, eut de nombreux démêlés avec le duc de Bourgogne. En effet, il renonça aux clauses de la transaction intervenue en 1231 entre Hugues IV et Guillaume II et refusa foi et hommage au duc de Bourgogne.
Après de nombreuses tractations et procès, il cède définitivement Salmaise et plusieurs autres domaines. Ce seigneur méchant et audacieux fut presque continuellement en guerre avec ses voisins. Il mourut en 1333.
 

HUGUES III, son fils, donne en 1348, le dénombrement
de sa seigneurie de Mont Saint Jean. Il avait épousé la dame de Joncy-en-Charolais dont il n'eut pas d'enfants mâle. Il mourut vers 1363.
 Sceau d'Hugues III
Cire jaune, écu à trois écussons entouré de palmes et d'ornement, bordure perlée.

 Sceau d'Hugues III

JEANNE, sa fille, hérite de cette terre et son mariage avec Pierre de Thil, seigneur de Saint Beury, fait passer ces immenses biens dans cette famille et y resteront jusqu'en 1413. 


On ne peut retracer l'histoire de la famille de Mont Saint Jean, sans parler de la branche de CHARNY.
Charny, est un village situé à 6 km environ au nord de Mont Saint Jean. Il existe encore aujourd'hui les vestiges d'un château, flanqué de 10 tours, qui domine la vallée de l'Armançon.

Hugues II de Mont Saint Jean, fils et successeur de Guy, eut plusieurs fils. Les deux aînés, Etienne I et Guillaume I, possédèrent successivement la baronnie. Le plus jeune, PONCE, eut celle de Charny crée et détachée à son intention, croit-on, par son frère Guillaume vers l'an 1200.

Les circonstances qui avaient présidé à la création de la baronnie de Charny semblent impliquer l'obligation de la vassalité de Ponce à l'égard de son frère Guillaume I. Un différend surgit à ce sujet entre eux, différend qui fut tranché par le Duc de Bourgogne Eudes III au bénéfice de Mont Saint Jean.

Cette situation se prolongea jusqu'aux premières années du XIVème siècle. Etienne III, après ses démêlés avec le Duc de Bourgogne, et au terme de la convention qui en suivit, dû céder les liens de vassalité qui rattachaient Mont Saint Jean à Charny, à celui-ci.

 

Armes des Charny
Armes des Charny
( de gueules à trois écussons d'argent, posés 2 et 1. L'or brisé pour l'argent par le changement )

Accueil 

 Découverte

 Géologie

Patrimoine

Musée 

Cartes postales 

Circuits touristiques  
 Index